La Creuse à l'heure de l'électromobilité, le SDEC dévoile son plan d'actions !


Le SDEC a présenté le 20 Octobre 2021 à Dun-Le-Palestel, son projet de déploiement des Infrastructures de Récharge de Véhicules Electriques (IRVE), investissement public local qui viendra compléter le maillage existant.


« La Creuse à l’heure de l’électromobilité »


Le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre (GES) en Nouvelle Aquitaine, avec plus de 39% des émissions de GES de la région (30% au national) dont 50% sont dû aux véhicules des particuliers, 20% aux véhicules Utilitaires et 20% aux camions.


Le secteur des transports agit également directement sur la santé en dégradant la qualité de l’air localement. Les oxydes d’azote et particules émis par nos véhicules, et que nous inhalons, ont des effets délétères : on estime entre 400 000 et 800 000 le nombre de décès en Europe causés par la pollution chaque année.


Diminuer l’impact environnemental de nos voitures est un levier essentiel pour lutter contre les changements climatiques et la pollution de l’air.


Les principaux moyens d’agir sont :

ü Maîtriser la croissance de la demande (nombre de déplacements) et réduire le nombre de véhicules en circulation, à travers notamment des politiques de sobriété de la mobilité telles que le recours au travail à distance, ou des politiques favorisant le report modal vers les modes actifs ou les transports collectifs : aménagement du territoire, développement de l’intermodalité, etc. ;

ü Limiter l’autosolisme et optimiser l’usage des véhicules en circulation, en favorisant le développement du co-voiturage et de l’autopartage ;

ü Améliorer les performances des véhicules afin de les rendre moins émissifs.

S’il l’on sait qu’à ce jour 90% de la recharge principale du véhicule se fait au domicile des particuliers, la couverture du territoire en infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) ouvertes au public reste un sujet fondamental pour permettre une adoption massive des véhicules électriques.


En effet, même si les IRVE ouvertes au public n’alimentent actuellement que marginalement les véhicules électriques en circulation, celles-ci jouent un rôle clef pour consolider la dynamique de l’électrification du parc : elles seront indispensables pour les utilisateurs n’ayant pas de solution de recharge à domicile ou sur leur lieu de travail, ou encore pour les utilisateurs intensifs (professionnels notamment).


Elles sont également essentielles pour les longs trajets, notamment les départs en vacances, en complément des infrastructures de recharge installées le long des autoroutes ou nationales. En outre, elles permettent de mettre en confiance les usagers de véhicules électriques grâce à l’assurance psychologique de pouvoir recharger le véhicule en cas d’imprévu.


La Loi d’Orientation des Mobilités a créé la possibilité pour les collectivités et établissements publics titulaires de la compétence IRVE d’élaborer un schéma directeur de développement des infrastructures de recharge de véhicules électriques et hybrides rechargeables ouvertes au public (qui sera appelé « schéma directeur » dans la suite de ce document).


En Creuse, le Syndicat Départemental des Energies de la Creuse (SDEC) est l’autorité organisatrices de la distribution d’électricité (AODE), titulaire de la compétence de création et d’entretien d’IRVE prévue à l’article L. 2224-37 du Code général des collectivités territoriales (CGCT).


C’est dans ce cadre que le SDEC joue un rôle de chef d’orchestre du développement de l’offre de recharge ouverte au public sur son territoire, pour aboutir à une offre :

ü Coordonnée entre les maîtres d’ouvrage publics et privés ;

ü Cohérente avec les politiques locales de mobilité, de protection de la qualité de l'air et du climat, d'urbanisme et d'énergie ;

ü Adaptée à l’évolution des besoins de recharge pour le trafic local ou de transit.

Cette année, le SDEC a initié une demande de modification statutaire intégrant la compétence optionnelle IRVE, afin de proposer aux collectivités de lui transférer cette compétence. Cette compétence optionnelle va permettre au SDEC d’une part de compléter le maillage départemental et couvrir les zones blanches et d’autre part, d’harmoniser et renforcer l’exploitation des bornes sur tout le territoire.


Dans le cadre de l’article 68 de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) du 24/12/2019, en partenariat avec les collectivités et les acteurs privés, le SDEC s’engage donc à définir un Schéma Directeur pour le développement des Infrastructures de Recharge pour Véhicules Electriques (SDIRVE). Le schéma directeur vise des objectifs de déploiement à court terme (2022), mais aussi portera une vision à plus long terme (> 5 ans). Il revêt une dimension stratégique et constitue une démarche à la fois structurée et adaptable localement.


A ce jour, le constat qui est fait est celui d’un maillage qui reste faible (18 bornes publiques seulement sont en service en mai 2021) et peu homogène (persistance de zones blanches notamment dans le grand Sud-Est du département).


Certaines des plus grandes communes du département n’ont à ce jour pas de borne de recharge publique : Felletin, Boussac, Auzances, Gouzon, alors qu’il s’agit de zones dynamiques et / ou touristiques.


Certaines zones restent encore sous-équipées comme la commune de La Souterraine (2éme ville du département), idéalement placée au nord-ouest du département et à la croisée d’axes routiers importants (autoroute à proximité, RN 145, parc d’activité de la Croisière) n’a qu’une seule borne aujourd’hui en centre-ville.



Conscients de la nécessité d’avancer sur cette question et d’équiper correctement le territoire, les élus du SDEC ont donc proposer aux collectivités le transfert de la compétence mobilité avec une prise en charge de l’investissement et du fonctionnement.


Le SDEC a parallèlement entrepris une concertation étroite avec les collectivités (communes, communautés de communes, département) et ENEDIS pour présenter sa réflexion sur le futur déploiement de bornes de recharges sur le département.

L’objectif du SDEC est à très court terme de finaliser le maillage dans les communes présentant des services et commerces de proximité ou dans des zones à flux touristiques importants en bornes de recharges de puissance 22 kW-AC.


En parallèle et afin d’être en phase avec l’évolution technologique, le SDEC envisage le déploiement de bornes « Rapides » 50kW-DC sur le département, en les répartissant de façon géographique, dans les communes les plus importantes et à proximité des grands axes de circulation du département. Le SDEC envisage également le déploiement de borne « Très Haute Puissance »  100kW-DC sur les axes majeurs de la Creuse (RN145 ou RD941).


La Creuse est un département avec une économie touristique en plein développement. Dans l’état des lieux sur la mobilité, le SDEC a constaté que la part des usagers itinérants (flux touristique) était la plus importante au niveau de l’utilisation des bornes. Le SDEC considère donc qu’il est important de proposer une offre de recharge suffisante et à jour d’un point de vue technologique, pour continuer à attirer les touristes en itinérance. Le déploiement proposé est issu du constat de ces flux touristiques sur le département, mais aussi de la densité de population, des principaux axes routiers ainsi que de la prise en compte des IRVE sur les territoires limitrophes.


Par ailleurs, le département de la Creuse est un territoire rural, il y a peu d’offres de transport en commun. Pour se déplacer dans ce département, le recours à la voiture (avec une forte proportion de mobilité individuelle) est la solution de déplacement la plus simple. Avec le développement des véhicules électriques auquel n’échappe pas la Creuse (ventes de VE multipliées par 2,8 entre 2019 et 2020), il devient nécessaire d’anticiper et de proposer une offre de recharge suffisante sur le département.


Le croisement de toutes ces informations, a amené le SDEC en concertation avec les différents acteurs publics et privés (supermarchés, stations-services, garages …) du territoire, à définir le plan de déploiement le plus judicieux, répondant à un besoin et à une maturité technologique, tout en veillant à ne pas suréquiper le territoire.


Cette phase de travail et de concertation a abouti à la proposition d’une carte de déploiement pour 2022 (première brique d’un schéma directeur de déploiement des IRVE) qui est présentée à la validation des élus du SDEC lors du prochain comité syndical.

Ce déploiement s’appuie sur des financements importants mobilisés par le SDEC, le plan FRANCE RELANCE, le Département de la Creuse, la Région Nouvelle-Aquitaine, le programme ADVENIR et ENEDIS.


Sur les années qui viennent, c’est ainsi près d’un million d’euros qui va être investi sur le département pour développer ce réseau de bornes pour véhicules électriques.


Enfin, le SDEC a mis en place un groupement de commande (à l’échelle de la Région Nouvelle-Aquitaine) à destination des acheteurs publics pour acheter des véhicules électriques (tourisme, utilitaire et deux roues).


Le déploiement des bornes de recharges pour véhicules électriques est une action concrète à destination de tous, en complément des autres politiques que le SDEC mène en matière de transition énergétique sur le territoire Creusois (production d’énergie renouvelable avec la SEM ELINA, plateforme départementale RENOV 23, conseils en énergie pour les collectivités…).